[Bilan lecture] Mai

 

Bonjour tout le monde ! Qui dit fin du mois dit aussi bilan lecture ! Ce mois-ci, il va être assez court. Il faut le dire clairement, j’ai eu assez peu envie de lire ce mois-ci. J’ai lu quelques livres mais certains m’ont pris beaucoup de temps. Et ce n’est pas forcément bon signe chez moi. Qui plus est, je me suis replongée dans une série de mon adolescence et je passe beaucoup plus de temps devant un écran que le nez dans un bouquin. 

 

Les livres lus ce mois-ci

J’avais 12 ans, j’ai pris mon vélo et je suis partie à l’école de Sabine Dardenne :

Le 28 mai 1996. Sabine Dardenne, 12 ans, est enlevée par Marc Dutroux sur le chemin de l’école. Ce monstre a déjà tué quatre enfants. Ce que va subir Sabine Dardenne est effroyable. Pourtant, après quatre-vingts jours d’horreur, elle va être sauvée de la mort dans des circonstances extraordinaires. Sabine Dardenne a attendu huit ans pour nous raconter ce qu’elle a subi. 

Il s’agit du témoignage de Sabine Dardenne, l’une des seules victimes ayant survécu à Marc Dutroux. Ce livre ne fera pas l’objet d’une chronique sur le blog. C’est un récit bien trop personnel pour qu’un tiers puisse se permettre de donner un avis. On lit ce genre d’ouvrage dans le cadre d’une démarche personnelle et non pas parce qu’on a vu un bon avis dessus. La seule chose que je peux vous dire c’est que je salue la force de cette jeune femme. 

 

Nous de David Nicholls  :

Biochimiste de 54 ans, Douglas Petersen voyait sa vie tracée : encore quelques années dans son labo suivies d’une paisible retraite auprès de Connie, sa femme artiste, dans leur maison londonienne vidée de leur fils Albie, que la vie aurait consacré grand photographe. 
Le jour où Connie lui apprend brusquement qu’elle n’est plus certaine de l’aimer, l’esprit scientifique de Douglas est soudain démuni. Comment colmater une fuite d’amour ? 

C’est le roman qui est responsable de mon si faible score de lecture ce mois-ci. Il m’a fallu 15 jours pour en venir à bout. Si la couverture était prometteuse, l’histoire n’était pas à la hauteur. C’est poussif. L’introspection de ce père un brn psychorigide, carrément old school, ringard et un peu lourd manque clairement d’action. J’ai réussis à le finir (ce qui n’est pas toujours le cas) mais ça m’a un peu coûté. Les personnages ne sont pas attachants, on voit bien le cheminement de pensées mais ça manque d’énergie, de positivisme. 

 

 

November 9 de Colleen Hoover :

Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer. La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain. Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre.

Grosse déception sur celui-ci. C’est plein de clichés, ça dégouline de bons sentiments et l’histoire est complètement improbable. Les retournements de situation sont tout aussi improbables. La psychologie des personnages est un peu ras de plancher. Bref, pour moi c’est un fiasco, ça regroupe un peu tout ce que je reproche à la littérature romantique pour jeunes adultes. 

 

-Lucy in the sky de Pete Fromm :

Lucy Diamond, quatorze ans, file à toute allure vers l’âge adulte. Prise entre l’urgence de vivre et la crainte de devoir abandonner ses manières de garçon manqué, Lucy se cherche et joue avec l’amour. Elle découvre par la même occasion que le mariage de ses parents n’est pas aussi solide qu’enfant, elle l’a cru. Son père, bûcheron, est toujours absent. Sa mère, encore jeune, rêve d’une autre vie.

L’histoire est dure. On voit cette jeune femme tenté de se construire, dans cet environnement quasi nocif. J’ai bien aimé mais sans plus. Toutefois, il faut souligner que le style est agréable. C’est un roman d’apprentissage sur le passage vers l’âge adulte, la découverte de la sexualité et la fin des illusions qu’on entretient sur nos parents. Le sujet me parle et pourtant, je ne saurai pas trop dire pourquoi mais je n’ai pas plus accroché que ça. 

 

 

Les chroniques du mois

Camille mon envolé : 3.5/5 => par ici la chronique

Un témoignage d’une maman qui vit un des pires drames qu’une mère puisse vivre. C’est un livre fort mais qui de manière surprenante n’a pas eu tant d’effet que ça sur moi. Comme je vous l’ai dit dans la chronique, il m’a laissée assez froide comme si mon esprit ne voulait pas assimiler. 

La petite boulangerie du bout du monde : 3/5 => par ici la chronique

Un roman un peu loufoque qui a eu du mal à me séduire. L’histoire est sympa et le message est joli mais ce n’est pas un coup de coeur pour moi. Il y a trop d’excentricité dans certains passages et certains personnages pour qui je puisse adhérer. C’est mon esprit cartésien qui veut ça. 

 

Point sur le challenge 52 : semaine 22

 

 

 

 

 

2 commentaires pour “[Bilan lecture] Mai

    1. Pas vraiment effectivement. Déjà que je n’ai pas trop envie de lire mais quand en plus les bouquins ne me plaisent pas… C’est pas la joie ^^

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.