A vous lire #25 La petite boulangerie du bout du monde.

 

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle chronique d’un roman dont on a beaucoup entendu parler sur les réseaux sociaux, et notamment sur Instagram. Au début, je n’y ai pas prêté plus d’attention et puis je ne sais pas pourquoi, un jour je l’ai ajouté à ma PAL. Pour être honnête, c’est un roman qui ne me tentait pas plus que ça. Maintenant que je l’ai lu, je vous donne mon avis ! Voici donc la chronique de La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan

 

En quelques mots

Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ? Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie …

Polly est une jeune trentenaire dont la vie change brutalement et pas vraiment dans le bon sens. Forcée de changer ses plans, elle emménage dans une petite ville portuaire, située au bout du monde et quotidiennement coupée du monde par la marée. Elle doit trouver un nouveau logement, un nouveau boulot. Dans ce nouvel environnement dont elle ne connait rien, elle multiplie les rencontres et vit des nouvelles expériences. Petit à petit, elle se réinvente et au delà de sa vie, c’est sa perception des choses qui change. 

 

 

Et dans ces mots

Dans La petite boulangerie du bout du monde, Polly vit ce besoin qu’on a parfois de s’isoler pour se reconstruire et se réinventer. Quand la vie nous bouscule et que tout va trop vite, ça fait du bien d’arrêter la machine en marche. Polly s’offre cette parenthèse et profite du soleil qui se lève sur la mer, de son petit appartement (qui a tout du taudis dans un premier temps) et des pêcheurs. Loin de ses repères, elle peut regarder la situation différemment, lever les a priori sur ce qu’elle doit être et ce qu’elle doit faire. Dans ce nouvel espace, elle ose des choses et suit son coeur.

De la même façon, elle prend enfin le temps de s’écouter. De file en anguille, elle réalise que sa passion peut devenir son gagne pain. Pendant des années, elle s’en est tenue au marketing et à la gestion de la société qu’elle a créé avec son mari. Mais dans une économie en crise, elle est bien obligée de revoir ses plans. Les événements de la vie l’amène à réaliser qu’elle a des compétences, qu’elle sait faire choses. Ses atouts ne sont pas que ceux qu’elle croyait.

 

 

Mon avis

J’ai eu un peu de mal au début. Le personnage de Polly n’est pas vraiment attachant. C’est un peu l’héroïne vieille fille, soumise à son mari, un peu bobonne. On a du mal à croire qu’elle n’a que 30 ans quand on lit ses pensées. Et de manière générale, les personnages sont un peu agaçants. La meilleure amie est futile au possible et l’homme à séduire un peu simplet. De la même façon, le style n’est pas vraiment à mon goût. Il y a des lourdeurs dans la plume, des expressions et des dialogues qui manquent de spontanéité. L’histoire est par moment complètement farfelue et improbable. Moi qui suis le contraire de l’excentricité, ça m’a un peu gênée par moment. 

Malgré tout, j’ai beaucoup aimé le cadre de l’histoire. On imagine très bien ce petit bout de terre perdu dans la mer, battu par le vent, ses rues pavées et ses chalutiers de pêche. Ce village atypique est très attachant et on a presque envie d’y aller en vacances. Si le style de l’auteur et les personnages ne m’ont pas touchée plus que ça, j’ai quand même eu envie de connaitre la fin. Je ne me voyais pas ne pas finir ce roman et ne pas savoir ce qui allait arriver aux personnages. En revanche, la fin est un peu du grand n’importe quoi pour moi.

 

 

En somme, c’était un roman sympa à lire mais sans plus. Il y a une suite mais je ne sais pas encore vraiment si j’ai envie de la lire. 

 

 

 

 

2 commentaires pour “A vous lire #25 La petite boulangerie du bout du monde.

  1. Mince, ton avis me refroidit un peu, je n’aime pas les romans feel good un peu trop faciles. Je pense que je vais passer mon tour…

    1. Honnêtement, je pense que tu ne rates pas grand chose. Mais ce n’est que mon avis !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.