Ce monde dont la violence fait intégralement partie

 

Depuis toujours, l’homme a des bons côtés mais aussi de très mauvais. La violence en fait partie, qu’elle soit verbale, physique, directe ou indirecte. Ces dernières années, notre pays a été marqué par des démonstrations de violence qu’on n’avait jamais connu. Et je dois dire que même si je n’ai pas été touchée directement, ces événements ont modifié ma perception du danger et de la violence humaine. 

 

Prise de conscience

Un soir, Monsieur est sorti avec des amis. Il est allé dîner donc j’ai passé la soirée seule. En allant me coucher, sans lui, je me suis rendue compte que je n’avais pas de nouvelle depuis un moment. D’habitude, il m’envoie un message quand il part et qu’il se met en route pour rentrer. Là, il était plus de minuit et je n’avais pas de message. Quand il sort en semaine, il ne rentre pas trop tard parce que sinon le lendemain matin, le réveil pique. Du coup, c’était curieux que je n’ai toujours pas de nouvelle. 

J’ai commencé à m’inquiéter. Je me suis demandé s’il lui était arrivé quelque chose. Est-ce qu’il avait eu un accident ? Est ce que quelque part, un taré avait décidé d’agresser des gens ? Je ne suis pas du genre à m’inquiéter. Mes parents n’étaient pas comme ça avec moi et je ne l’ai jamais été. Je pars du principe que pas de nouvelle, bonne nouvelle ! Et pourtant…

 

 

Je me suis rendue compte ce soir là que régulièrement, je m’inquiète. Ou que je me dis qu’il peut lui arriver n’importe quoi sur le chemin du travail. Et que je ne lui aurai pas dit au revoir ou à quel point je l’aime. Me connaissant et sachant que ce n’est pas mon genre, j’ai commencé à réfléchir. Je me suis demandée pourquoi j’avais ces pensées et ces craintes que je n’ai jamais eu avant. Et puis j’ai finis par comprendre. Je me suis rendue compte que ces événements violents sont devenus presque courant. Et qu’il est possible qu’il y en ait de nouveaux, sans qu’on s’y attende. 

 

Les attentats, quand des hommes utilisent la violence comme moyen de communication

Ces deux dernières années, la France a vécu son lot de drames. Des fanatiques ont fait irruption dans nos vies. Ils nous ont rappelé que la guerre sévit ailleurs et qu’ils peuvent l’exporter chez nous si l’envie les en prend. Ils ont décidé d’utiliser la violence, le sang et la mort pour faire passer leurs messages. Pour se faire entendre de notre gouvernement, tuer des innocents leur est apparu comme la meilleure solution. 

Les attentats ne m’ont pas touchée personnellement. Je n’ai pas perdu de proches ou de connaissances lors des différentes attaques. Pourtant, dans mon entourage, nombreux sont ceux qui ont été touchés. Sur le coup, j’ai mis beaucoup de temps à me sentir concernée. Ca me paraissait loin de moi alors que je travaille pourtant à Paris tous les jours. 

Et puis les attentats se sont multipliés. Paris, Nice, l’Allemagne, Londres, … C’est devenu presque banal. On apprenait un nouvel attentat et on n’était même pas surpris. Pire, on venait à attendre le suivant dans un état de stress.  Et je crois que si les attentats ne m’ont pas affectée directement, leurs conséquences m’ont bel et bien impactée. Cette violence est restée dans un coin de ma tête. 

 

 

Vivre avec la violence

Je n’ai pas été élevée dans un cocon. La vie n’est pas toujours facile, mes parents ne nous l’ont jamais caché. Il faut faire avec. Certains diront que j’ai été élevée à la dure. Personnellement, je pense surtout qu’on ne m’a rien dissimulé sur la vie d’adulte. Et d’une certaine manière, j’ai été préparée à tout ça. Pourtant, je crois qu’on n’est jamais prêt. La violence a toujours existé et elle existera probablement toujours. Mais quelle place la laissera-t-on prendre ?

Alors comment fait-on pour vivre avec la violence ? Comment on fait pour ne pas s’inquiéter quand un proche change quelque peu les habitudes ? Comment on fait pour vivre dans un monde où le gens sont facilement agressifs, où la bienveillance, la solidarité et l’ouverte d’esprit font parfois défaut ? Je n’ai pas envie d’avoir à expliquer à mes enfants ce que certains ont du dire aux leurs : que des méchants fous avaient tué des gens. Je n’ai pas envie que mes enfants grandissent dans un monde où la violence fait loi. J’ai toujours pensé que la violence n’était pas une solution. Et je ne veux pas croire que ça devient une donnée imposée de notre quotidien. 

Il y a quelques jours, j’ai lu sur Twitter le récit d’une jeune femme. Dans le métro, elle a assisté à une scène plutôt dérangeante. Un groupe de jeunes garçons était en train d’embêter un autre enfant. Les gens dans la rame se sont interposés, ils ont pris la défense du garçon. La jeune femme a demandé au petit si ça allait, il a répondu que de toute façon, c’était tous les jours comme ça. Elle a alors décidé de raccompagner le jeune chez lui, pour avertir ses parents et qu’ils puissent l’aider. J’ai envie de voir le bon côté de cette histoire. Ca commence avec de la violence mais des gens sont venus en aide à cet enfant.

 

J’ai l’impression que les choses changent. Que ces attentats qui devaient nous diviser ont déclencher des élans de solidarité. Et puis les mentalités évoluent. Je crois que les gens ne veulent plus subir alors quand ils le peuvent, ils agissent. Et vous ? Vous en pensez quoi ? La violence vous fait peur ?

 

 

 

 

11 commentaires pour “Ce monde dont la violence fait intégralement partie

  1. Je pense qu’il y a toujours eu de la violence et malheureusement il y en aura encore pendant longtemps. Ce qui me fait surtout peur c’est qu’elle est banalisée, on est tellement inondé d’images de violence que quand on vit des violences au quotidien on est plus vraiment choqué !
    Malgré tout j’ai envie de croire en l’être humain, il peut être capable du pire comme du meilleur !
    Elle me fait peur surtout pour mon enfant, je ne sais dans quel monde il évoluera !
    Bises

  2. Ton article décrit parfaitement ce qui se passe dans ma tête en ce moment. Je m’inquiète sans cesse. J’ai toujours peur qu’il arrive quelque chose à mes proches. J’ose plus trop m’amuser à l’extérieur comme avant par peur justement. Ça peut paraître idiot, mais bon, voilà oui j’ai peur. Je trouve ça dommage ce qu’il se passe dans le monde en ce moment. Nous commençons tous pareil et on finira tous pareil aussi, alors pourquoi vouloir se faire du mal ? Pourquoi il existe des humains qui aiment faire du mal aux autres ? Pourquoi ? Je ne comprendrai jamais. Même si j’ ai du mal à y croire, j’espère qu’un jour ça changera et qu’on aura enfin le droit à un monde un peu plus rose. Peut-être pas parfait, parce que rien n’est parfait. Mais si ça pouvait un peu plus joyeux et plus positif ça serait pas mal. On devrait s’unir, s’aider les uns et les autres, s’ aimer, communiquer, être solidaire, plutôt que de s’entretuer et de se détester…
    En tout cas merci pour ton article, qui fait beaucoup réfléchir et aussi du bien, car à la fin du parle de changement et ça me laisse un peu d’espoir pour le futur 🙂

    1. C’est curieux mais personnellement, c’est plus pour mes proches que je m’inquiète, pour mon chéri ou pour mes futurs enfants. C’est surtout la peur de les perdre.
      Pour moi, j’ai rarement peur et je ne me pose jamais la question avant de sortir. Parfois un peu dans les transports en commun ou les endroits très fréquentés (centre commerciaux, etc…).
      Je crois qu’il y aura toujours des fous et des gens qui ne voient que la violence comme solution. Ca a toujours été le cas…

  3. Je pense que tout est dans la communication, nous sommes dans une « guerre » de communication.
    Pour moi, il y a toujours eu de la violence, seulement, ce n’était pas relayé à la télé ou sur les réseaux sociaux.
    Je pense aussi que les terroristes agissent de cette manière, car cela fait beaucoup parler d’eux !
    Quand on sait que 2 enfants meurent par jour à cause de maltraitance qui en parle ? Personne. Sauf une fois ou deux dans l’année. Et pourtant cela représente un nombre assez important de victimes à la fin de l’année. Beaucoup plus que le nombre de victimes des attentats.
    Alors on est bien d’accord, je ne cautionne absolument pas, mais je pense que tout est une question de point de vue. Et puis surtout, c’est très vendeur, car ça génère la peur.
    Pour ma part, je préfère considérer les attentats comme des sortes « d’accident » : ne pas être au bon endroit au bon moment. Tout comme se voir renverser par une voiture ou un crash d’avion.
    Enfin, cela ne reste que mon point de vue. Je ne regarde plus la télé depuis cette époque (il faut dire ma fille est né à ce moment) et je n’étais pas non plus sur les réseaux sociaux. Je pense donc avoir beaucoup de recul vis-à-vis de tout ça. Je n’ai pas été touché de près comme de loin, même si je suis peiné pour les familles de victime. Mais comme tous les autres massacres qui peut y avoir sur la planète (sauf que jusqu’à présent, les gens se sentaient épargnés).
    Enfin désolé pour ce commentaire un peu décousu.

    1. C’est vrai qu’il y a une grosse part de communication. C’est comme pour les grèves : on a l’impression qu’il y en a beaucoup plus qu’avant mais en fait c’est juste qu’on en parle beaucoup.
      On peut voir ça comme des accidents de masse mais ça fait quand même peur de se dire que les hommes se tuent entre eux alors qu’il y a déjà tellement de risques sans ça.
      Et effectivement il y a bien d’autres morts dramatiques tous les jours. Disons qu’elles me touchent moins donc je ne m’en inquiète pas trop jusque là.

      1. Oui, c’est certain que ce n’est pas très rassurant, en même temps, les guerres ont toujours existé. C’est une nouvelle forme de guerre. Même si je rêve d’une vie de paix, malheureusement, je crois qu’il y a encore beaucoup de travail pour que chacun de nous accepte la différence et en tire profit plutôt que de le voir comme un prétexte pour assouvir sa colère.
        Enfin, tout un débat quoi 🙂

        1. Avant que la paix soit totale et généralisée, il y a beaucoup de chemin… Mais il faut se dire qu’on n’a pas trop à se plaindre dans notre pays quand même.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.