A vous lire #13 Le secret de Clara et l’héritage de Clara de Françoise Bourdin

 

Parfois, vous découvrez un auteur et vous tombez sous le charme de son style et de ses histoires. C’est un peu ce qui m’est arrivé avec Françoise Bourdin. J’ai découvert ses romans tout à fait par hasard. Et dès ma première lecture, j’ai aimé ces histoires de famille et ses personnages, comme je vous l’expliquais dans mes dernière chroniques de ses livres (ici et ici). Aujourd’hui je vous en propose deux pour le prix d’un ! 

 

En quelques mots

 

Le secret de Clara

 

Une nuit de juillet 1945, un coup de feu arrache Clara Morvan au sommeil. Pour elle, la mort d’Edouard, son fils aîné, est plus un choc qu’une surprise. Mais, de ses soupçons, personne ne saura rien. Parce qu’il est des secrets qu’il vaut mieux enfouir avec les morts pour préserver les vivants. Tandis que Charles (son fils) se mure dans une douleur que rien ne peut apaiser, Clara, en femme de tête et de cœur, réorganise la vie du clan. Et quand de nouveaux scandales viendront secouer la jeune génération, Clara est prête à tout pour sauver le bonheur des siens.

 

 

L’héritage de Clara

 

Etres chers emportés par les remous de l’Histoire, vengeance meurtrière, haines fraternelles enracinées dans un terrible secret… Quelle est donc cette malédiction qui s’acharne sur les Morvan ? Passionnante saga de grands bourgeois parisiens, L’héritage de Clara plonge au coeur des rapports complexes qui soudent et déchirent une famille. Au coeur de cet été 67, lorsque la mort fauche un de ses arrières petits enfants, Clara, la doyenne du clan, ne trouve plus la force de surmonter cette ultime épreuve… Leur grand-mère disparue, ses cinq héritiers parviendront-ils à rester fidèles à sa devise – « La famille avant tout » ?

 

Vous l’aurez compris, au fil des pages de ces deux romans, vous suivez les aventures et le quotidien du clan Morvan. Ce grand nom du milieu avocat parisien fait face à différents drames qui vont ébranler la famille. Au milieu d’eux, Clara. La matriarche fait son possible pour maintenir la famille à flots et préserver l’union des siens. Y parviendra-t-elle ? Les blessures du passé pourront-elles cicatriser ?

 

Et dans ces mots

 

 

Au coeur du roman, on retrouve la notion de drame familial. Par deux reprises, deux événements imputables à un membre du clan viennent ébranler le groupe. Ces histoires sont autant de squelettes que chaque famille a dans ses placards. Comment gère-t-on ces conflits ? Se pose aussi la question du pardon, qui est peut-être encore plus difficile à accorder. La déception et la douleur sont d’autant plus grandes qu’on éprouve un amour sincère pour les membres de sa famille. 

Cet amour est peut-être ce qui sauve une famille. C’est ce qu’incarne Clara. En tant que pilier de famille, elle cherche à arrondir les angles. Elle se dévoue corps et âme pour sa famille. Sans prendre partie, elle cherche à arrondir les angles. La famille reste un groupe, attaché par des liens forts qui doivent perdurer pour traverser les épreuves. Clara est comme le phare dans la tempête, un ancrage. Elle voit à long terme et par delà sa propre existence. Si la famille et le clan tiennent une place très centrale dans cette histoire, comme toujours avec Françoise Bourdin, on trouve également un autre thème important selon moi.

L’histoire prend place au coeur de la haute société de Paris, dans un milieu fortuné. Les apparences et le modèle social jouent un rôle important. On ne fait pas n’importe quoi car le nom Morvan est synonyme de valeurs, de traditions et d’un héritage. On sent ce poids peser sur les deux dernières générations et le roman est aussi le récit de leur émancipation. Chacun a leur façon, ils font leurs choix pour vivre leur vie. Le roman parle notamment de l’homosexualité et de la monoparentalité. Ces éléments apportent une touche de modernité au roman. 

 

 

Mon avis 

J’ai beaucoup aimé ces deux romans. Il faut préciser que je les ai lu à l’envers… C’est le fort de Françoise Bourdin. Le style et sa plume sont suffisamment bons pour que vous puissiez lire les livres indépendamment. L’écriture n’en souffre pas si vous avez lu le premier et votre compréhension n’est pas perturbée si vous ne l’avez pas lu. 

J’ai aimé la dimension historique du livre. Intégrer une partie sombre de notre histoire à l’intrigue y ajoute une dimension émotionnelle supplémentaire. Ce ressort est très bien utilisé tout au long des deux tomes, sans pathos et sans en faire trop. Les différents rebonds sont très réalistes et tout s’enchaîne très bien.

Cette lecture m’a touchée, notamment grâce au personnage de Clara. C’est une femme forte, indépendante et intelligente, douce et ferme à la fois. C’est l’illustration même d’une main de fer dans un gant de velours. On la voit tour à tour aimante avec ses enfants et ses petits enfants, intransigeante avec ses adversaires et mélancolique quand elle est seule. C’est un personnage complexe, qui est vraiment remarquable tout en étant très humaine. 

 

 

Un autre personnage qui m’a beaucoup touchée, c’est Vincent. Tout comme sa sœur, son frère et son cousin, on les voit grandir au fil des pages. Si le premier tome relate son enfance et son adolescence, le second déroule sa vie d’adulte, son rôle de mari et de père. On lit ses doutes, ses coups de cœur, ses envies et ses déceptions. Je l’ai trouvé très touchant, authentique. C’est le portrait du mec séduisant mais avec une grande dose de sensibilité. Un peu cliché certes mais toujours plaisant. 

En somme, ces deux romans m’ont conquise et j’ai beaucoup aimé les lire. Comme toujours, Françoise Bourdin fait preuve de beaucoup de psychologie dans la conception de ses personnages et a un style agréable qui vous porte tout au long de la lecture. 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.