Le blogueur, ce panneau publicitaire 2.0

 

J’ai déjà donné mon avis sur les évolutions de la blogosphère il y a quelques semaines et c’est d’ailleurs l’article le plus lu sur le blog. Il y a cependant une chose que je n’ai pas évoqué ou du moins pas en détail. J’avais notamment parlé d’un point qui me dérange énormément, c’est le fait qu’on fasse croire à beaucoup que la blogosphère est un marché professionnel porteur. En fait, on transforme tout simplement les blogueuses en panneau publicitaire 2.0. Combien de blogs se transforme en outil marketing ?

 

[Edit : à noter qu’ici, par « blogueur(se) », j’entends quasi exclusivement blogueur(se) mode, beauté et lifestyle 🙂 ]

 

Le marketing dans toute sa splendeur

La blogosphère a évolué vers quelque chose que je trouve assez malsain : le marketing déguisé (ou pas) et intrusif. Soyons honnête, de nombreuses blogueuses beauté et mode sont tout bonnement devenus des VRP 2.0. Ce sont les nouvelles versions des hommes sandwichs. Les marques n’ont aucun effort de contenu à faire, elles balancent les produits. Ça ne leur coûte pas grand chose (bien moins cher qu’une agence de pub, croyez moi) et c’est encore plus efficace pour ce qui est de la visibilité. Et ça donne des pseudos influenceuses complètement déconnectées de leur communauté.

Parce que c’est bien ça le problème. Que les marques envoient des produits, j’ai envie de dire pourquoi pas. Sauf qu’on atteint des niveaux qui sont justes complètement déconnant. Et surtout, cet étalage n’est plus cohérent avec les possibilités financières notamment des lectrices. Voir des blogueuses dans des hôtels à 400€ la nuit, manger dans des gastros un jour sur deux et recevoir un flacon de parfum à 150€ par semaine… Ca donne super envie mais au final, est ce que vous achetez plus pour autant ? Et bien non. Parce que vous n’avez pas les moyens. Et surtout parce qu’à force vous ne faites plus attention. On banalise la consommation, on banalise le luxe (oui, du parfum à 150€ le flacon c’est du luxe selon moi). Et d’ailleurs, certaines blogueuses commencent à le reconnaître. Elles confessent que non, personne n’achète 10 manteaux dans une saison. Et elles entendent le souhait des lectrices d’avoir des choses abordables, qui leur parlent à elles. De retrouver de l’authenticité tout simplement.

 

 

La blogueuse : le VRP du digital

Ca part tellement en live que certaines blogueuses reçoivent des propositions complètement WTF. Si vous suivez des blogueuses mode ou beauté, vous avez forcément déjà croisé un coup de gueule de l’une d’entre elles. A force, elles se rendent compte que les marques sont assez à l’ouest par moment. Ca donne des propositions style « écris un article sans savoir qui nous sommes et sans avoir rien testé » (tu veux pas 100 balles et un mars aussi ?). On leur demande aussi parfois d’écrire des posts sponsorisés sans préciser qu’ils le sont. Soit dit en passant, c’est illégal ! Certaines marques poussent le bouchon jusqu’à demander aux blogueuses d’écrire les articles à leur place. Je ne comprends même pas que certaines marques pensent avoir une chance de réussir à faire passer ce genre de chose. 

Ce marketing à outrance n’a plus aucun sens et pour moi, il grille les marques. Un autre des aspects c’est l’absence totale de réflexion quant à la pertinence des produits envoyés. Vous trouvez ça normal que des blogueuses reçoivent des collections entières de produits? Un exemple parmi d’autres : ces blogueuses qui reçoivent touuuuute la gamme d’un fond de teint. Oui, oui avec les 28 teintes. Sauf qu’évidemment, il n’y en a qu’une seule qui leur convient ! Ca démontre surtout du peu d’intérêt que les marques accordent en réalité aux blogueuses. Ca devient malsain. Les quantités sont surnaturelles et ça instaure des référentiels complètement faussés. Personnellement, j’ai la capacité à rendre du recul. Mais quid des adolescentes qui arrivent dans ce monde merveilleux, qui n’ont pas confiance en elles, qui cherchent à se construire ? Un très bon article avait été écrit par Grand Déballage et c’est plus que parlant. Vous pouvez le retrouver ici.

 

Les nouveaux magazines féminins au digital : encore du marketing

J’ai arrêté de lire les magazines féminins (comme je le disais ici). En effet, j’ai fini par en avoir marre de lire la même chose partout. Tous les ans, on nous ressort les mêmes thématiques, on peut écrire le magazine à l’avance. Et surtout c’est une page de contenu pour une page de publicité. Quand il ne s’agit de publi-rédactionnel. Et qui plus est, ces magazines font l’étalage de tout un marketing bien affûté. Mais qui ne vous rend pas plus heureux, voire qui vous frustre un peu plus à chaque fois. 

 

 

Si j’ai arrêté de lire ces magazines, ce n’est pas pour retrouver toute la pub sur la blogosphère ou sur mes réseaux sociaux. Ca devient n’importe quoi. Il suffit de lire disons 5 blogs beauté pour retrouver les mêmes produits chez tout le monde. Il suffit de suivre quelques blogueuses avec des grosses communautés pour voir la même collaboration ressortir 2, 3, 5, 10 fois. Pour l’originalité, on repassera. Et je ne parle pas de cet événement blogueuse qui a réunit 3 blogueuses que je suis. Sur 10 participantes. Ca fait un peu vu et revu. Et qui plus est, ça ne m’a absolument pas plus donné envie d’acheter la marque. Je m’en fous un peu de savoir où sont cultivées les fleurs de leur parfum. Ce ne le fait pas sentir meilleur. J’ai juste l’impression que c’est la course à la marque qui rincera le plus les blogueuses pour qu’elles parlent d’elle plus que des autres marques concurrentes. Personnellement, ça me gêne énormément d’avoir maintenant des noms de marques associés à une blogueuse. Pourquoi ? Parce qu’alors qu’advient-il de l’impartialité et de l’honnêteté dans les contenus, les avis sur les produits ? 

Les marques ne sont pas les seules coupables. 

Certaines blogueuses deviennent franchement arrogantes, se prennent pour des stars et s’imaginent qu’elles sont incontournables. Non, vous êtes juste des testeuses / panneaux publicitaires mesdemoiselles et votre plume ou votre ligne éditoriale rentre malheureusement peu en ligne de compte. La preuve de ce que j’avance ? Les marques choisissent des influenceuses en fonction de la taille de leur communauté. On demande un nombre de followers et c’est tout. La marque ne lit pas ce que vous avez écrit, si vous avez déjà testé des produits concurrents. Parfois elle ne lit même pas votre prénom…. Et ne me dites pas que c’est grâce à votre plume que vous avez bâti votre communauté. 

 

 

Ca créé cette catégorie de blogueuse bien spécifique. Celle qui écrit pour recevoir toujours plus de produits gratuits en échange d’un article de blog, écrit vite fait. Bon et je ne parle même pas du fait qu’on voit passer certains produits dans une story, vite fait, histoire de dire qu’on en a parlé. Et ensuite plus rien. Walou, nada, quetchi. On va me dire « oui mais elles ont beaucoup de collab’, il faut tester sur plusieurs semaines, etc ». Pour le maquillage, je ne suis pas d’accord. Et surtout, l’effet de sortie du produit est passé depuis 6 mois donc pour la marque, le coup marketing est foiré si elle en parle autant de temps après. Et j’entendes d’ici celles qui vont me dire « nan mais tu te rends pas compte du travail que ça demande, c’est normal qu’on reçoive des cadeaux ou qu’on soit payé ». Si si je me rends très bien compte. Moi aussi j’ai un travail, je bosse en moyenne 45h par semaine pour toucher mon salaire (ur une base de 39h soit dit en passant). L’argent ne tombe pas du ciel, c’est normal de se donner du mal pour le gagner. Si vous avez trop de travail ou que vous n’arrivez pas à le gérer, personne ne vous empêche de refuser des partenariats. Vous avez peur de ne plus avoir assez de revenus ? Ptet qu’on touche aux limites du modèle… Je vois renvoie à mon précédent article sur la blogosphère.

Ce n’est pas le cas de toutes, on est d’accord. Malheureusement, il y en a et malheureusement elles sont noyées dans la masse. J’ai eu une altercation par commentaire avec une certaine blogueuse beauté récemment. Celle-ci avait eu le culot d’écrire noir sur blanc qu’elle n’allait quand même pas écrire un article pour chaque produit reçu. Parce qu’elle en reçoit trop. Parce qu’elle reçoit des produits sans être consultée. Et le pompom sur la Garonne, parce que c’est normal que des marques lui envoie des produits, après tout c’est la matière première de son blog. Là, je dois dire que j’hallucine franchement. Je tiens quand même à rappeler à certaines que les marques existaient avant elles. Et qu’elles existeront après elles. Et comme je l’ai dis sur Twitter à l’époque, non je ne suis pas jalouse. Pas du tout. Et émettre un avis contraire en commentaire, ce n’est pas être un troll. C’est avoir un avis différent, respectable, d’autant plus quand il est justifié. Mais visiblement cette personne a du mal avec la nuance puisqu’elle m’a traitée de malade mentale à demis mots. Breeeef.

 

Ces outils marketing recyclés

 

 

En marketing, il y a un mécanisme qui marche très très bien, c’est le story-telling. C’est le fait qu’au lieu de vous vanter les mérites d’un produit comme le fait basiquement une publicité, on vous raconte une histoire. Le produit se retrouve sublimé parce que l’histoire racontée vous plait et vous fait envie. Et vous vous dites que ce n’est pas juste une publicité. C’est moins direct. Vous voyez où je veux en venir? Nan ?

Alors repensez à votre feed Instagram il y a quelques temps de ça. Ca concerne surtout les réseaux sociaux, où on parle du quotidien, sous des airs plus informels. Si je vous dis Wellington ça vous fait tilte ? Oui vous savez, la marque de montre. Un jour, j’ai lu un commentaire de quelqu’un qui se demandait si la marque avait vendu autant de montre qu’elle en a offert aux blogueuses. Je crois que ça veut tout dire. On les a vu partout et surtout de manière détournée. Façon « oh il est 11h, l’heure d’aller à ce rdv hyper important. Heureusement, ma super montre Wellington est là pour me rappeler l’heure ». Hyper naturel, on y croit à 200%.

 

Après tout ça vous allez certainement vous dire que je râle beaucoup (et vous n’aurez peut-être pas tort). Simplement, on voit de la publicité partout, on nous incite à acheter quoi qu’on fasse et où qu’on aille. C’est juste particulièrement dommage que la blogosphère devienne un espace de publicité supplémentaire. Et surtout que ça devienne aussi malsain et déréglé. Ce qui me gêne vraiment c’est l’excès. L’absence de prise de recul. Le manque d’originalité et le rabachâge. J’en ai marre qu’on me prenne pour une dinde.

Sur ce, je retourne à mes lectures… Après avoir lu 93 articles sur Halloween, 652 sur les calendriers de l’Avent et 365 sur le Black Friday, on va bientôt attaquer Noël. S’agirait de ne pas prendre de retard…

 

20 commentaires pour “Le blogueur, ce panneau publicitaire 2.0

  1. Tu étais inspirée sur le sujet on dirait 🙂
    Tu soulèves plusieurs points et je pense que des côtés il y des choses qui clochent. Les marques qui en profitent et les blogueuses qui bloquent juste pour avoir des produits. Je n’ai pas un gros blog mais je suis allée à deux événements, un sur la beauté un sur les parents. A celui sur la beauté, je me sui sentie mal à l’aise la deuxième fois, comme tu l’as dit, certaines n’étaient là que pour ça et surtout il vaudraient qu’elles redescendent sur Terre. Clairement on se serait cru sur la tapis rouge au festival de Cannes vu comment certaines étaient habillées, je peux t’assurer qu’à côté avec mon jean je me suis sentie nulle. Je crois que certaines influenceuses (même si je n’aime pas le terme) devraient redescendre sur terre car en réalité, dans la vie de tous les jours, les gens n’en ont rien à faire de ton notre d’abonnés ou de ton blog, à moins d’être super connue.
    De l’autre côté il y aussi les marques qui prennent les blogueuses pour des abruties et qui pour un pauvre parfum te demandaient d’écrire un roman entier et de vendre ta mère avec.

    En ce qui concerne mon blog, je ne cache pas que je fais des partenariats, non rémunérés car je n’ai pas de statut. J’essaye toujours de mettre une toucher personnelle dans l’article ou d’apporter qqchose. Là où j’ai moins de scrupules c’est qu’en ayant un blog maternité tout ce que je reçois est pour mon fils. Alors souvent j’accepte.
    Bisous

    1. Comme je l’ai dis à plusieurs en commentaire je ne suis pas contre les partenariats. Ils peuvent avoir beaucoup de bons côtés. Je déplore seulement que ça devienne n’importe quoi. Il suffit de voir Instagram. C’est la course au toujours plus.
      Et ne te sens pas nulle en jean, on en porte toutes ! Seulement certaines aiment se donner des airs…

  2. Je suis tellement d’accord avec toi… Par contre j’avoue que je préfère « taper » sur les marques car elles font tout finalement pour exploiter le travail de blogueuses qui, même si elles cherchent à en tirer parti, ne comptent souvent pas leurs heures et font presque gratuitement le boulot de personnes qui auraient dû être employées sinon. De la pub presque gratos, et sans statut et cotisations sociales derrière en gros. Même si l’exploitation semble consentie, c’est problématique

    1. En même temps, si les blogueuses disaient non ou imposait leurs conditions les marques n’auraient personne dont profiter 😉
      Seulement il y en a qui veulent jouer le jeu des marques…
      Pour moi les fautifs sont des deux côtés

  3. Je trouve ton article très juste ! Effectivement voir des blogueuses passer la nuit dans un palace ne va pas m’inciter à y aller moi aussi, tout simplement parce que je n’ai pas les moyens ! Pour certaines collaborations, je me demande vraiment ce que la marque y gagne. Parce que soyons honnêtes, si on te propose d’aller passer la nuit dans un super hôtel, rien que pour l’expérience, il est difficile de dire non, mais je ne suis pas certaine de l’impact sur notre lectorat.
    Néanmoins, je ne pense pas que les partenariats soient une mauvaise chose à partir du moment où la blogueuse les sélectionne bien. On peut tout à fait rester authentique en travaillant avec des marques, le tout est de s’assurer de rester vrai vis à vis de soi-même. Pour ma part, j’essaye de ne pas me transformer en panneau publicitaire géant, comme tu le dis, et c’est vrai que des fois je freine des 4 fers en me disant « là c’est trop ». En somme, pas facile de trouver un équilibre quand on est souvent sollicité…
    En tout cas, merci pour cet article, qui résonne beaucoup en moi.

    1. C’est parfois difficile de résister mais c’est aussi la garantie d’être perçue comme une blogueuse intègre 🙂

  4. C’est presque une étude anthropologique de la blogueuse pro-mod que tu nous fais là :). En tout cas, bien, ça donne matière à réflexion ton post. Perso, je ne m’intéressent pas au type de blogs mode/beauté mais je trouve intéressant d’être informée d’une façon ou d’une autre des tendances sociétales de cette grande nébuleuse que représente le Web, ton article en fait un exemple.
    Tu nous en fais une belle démonstration et ton opinion a beaucoup de valeur là où tant d’autres ne font que suivre sans même penser à se forger leur propre personnalité. Bref c’est la société de l’hyper-consommation qui veut ça mais on est pas tous obligé de s’y coller, dieu merci, il y a encore des personnes avec la tête bien fixée sur les épaules pour le rappeler à ceux et celles qui se seraient égarés trop loin ou qui, plus simplement, auraient envie de revenir à plus de réalité 🙂

    1. Je n’aurais certainement pas la prétention de parler d’étude anthropologique. Ce sont mes réflexions mises en forme 🙂
      Mais ça a pu t’éclairer sur certaines choses, j’en suis très contente !

  5. Ah mais oui tu es bien remontée et ça fait du bien !
    J’ai découvert ton blog il y a peu et je dois te remercier pour le petit vent de fraicheur qu’il m’apporte. Je te rejoins totalement sur ce que tu décris de l’univers des blogs et d’Instagram.
    Consommatrice de blogs depuis très longtemps (notamment et principalement mode), je trouve que les débuts étaient très agréables, c’était un vrai avis de consommatrices, de filles lambdas, mais depuis le virage pris avec la professionnalisation des blogs, c’est du grand n’importe quoi.
    Je suis d’accord avec toi, les blogueuses/ influenceuses ne sont aujourd’hui plus que les relais publicitaires des produits qu’elles reçoivent, sans recul, ni critique, un nouveau produit chassant immédiatement le précédent, et le résultat de tout cela c’est qu’on a l’impression qu’elles sont les clones des unes des autres.
    Oui parce que tester une crème deux jours sans avoir aucun effet négatif (boutons, démangeaisons etc.) et faire une vidéo ma nouvelle routine soin, n’a jamais été, et ne sera jamais, un avis pertinent sur un produit.
    Concernant les influenceurs déconnectés de leur communauté : C’est clair, les produits n’ont plus aucun lien avec la personne, et les évènements encore moins : quand tu prends les festivals : Cannes, Deauville, Calvi etc., et que toutes les nanas se font graisser la patte pendant une semaine pour passer de stand en stand, pour des activités à la con comme customization d’un blouson en jean, et différentes soirées sans aucun intérêt ( enfin si, qu’on voit la marque toutes les 5 min) ouais c’est clairement déconnecté, et ça se dit lifestyle… Non mais en quoi sérieusement, t’enlèves tout le sponsoring, le partenariat et invits (dc le passage en express dans des showrooms ou l’ouverture de 20 colis par jour que tu retrouves à l’identique chez toutes les nanas) il reste quoi ? leur vie c’est chez elle, à boire du thé vert, en allant au resto ou en mangeant végan entre deux cours de sport. Remarque : cela ne ferait peut-être pas de mal à certaines, de devoir se creuser un peu les méninges et à créer un vrai contenu, pas juste passer les plats de publicités qu’on leur sert, en étoffant un peu les transitions, tout ça ne rime absolument à rien.
    Mais on peut aussi se poser la question sur certaines marques de très grand luxe qui invitent des instagrameurs à des événements, sachant qu’au vu des quatre zéros qui s’alignent derrière le moindre de leur produit, aucun follower même gagnant correctement sa vie ne peut se payer ce genre de montre ou bagnole.. à quoi cela sert, à part rajeunir un peu l’image de la marque, mais quand on a les moyens je doute que c’est leur fil instagram qui les pousse à l’achat .. Bref
    Concernant le Sponsoring déguisé : Il y en a tellement, quand tu vois notamment la présence de cette marque française, hautement désirable (j’en suis également cliente et plutôt satisfaite des produits) qui inonde littéralement la blogosphère avec le même produit, un petit sac en demi-lune au printemps dernier, qu’absolument toutes les filles avaient, tu te doutes bien que quasiment aucune n’a réellement sorti sa CB pour ça, et c’est bien dommage.
    Ce n’est jamais réellement dit, mais tu t’en doutes quand une autre « célèbre » instagrameuse, explique que 95% des vêtements qu’elle porte(de la nouveauté tous les jours hein) sont offerts par les marques, cela en dit long sur le système, et quand tu retrouves en plus tous ces vêtements quelques semaines plus tard sur un vide dressing au prix boutique… y a de l’abus quand même !
    Par contre, je ne suis pas d’accord avec toi, je n’ai pas l’impression que cela grille les marques, elles font leur taff, elles trouvent une page pub à moindre frais, et ça peut avoir de l’impact, elles ont juste à trouver des nanas qui sont prêtent à tout et qui acceptent tout du moment où elles ont une carotte avec assez de glitter dessus.
    Celles qui en pâtissent le plus je trouve, ce sont surtout les influenceuses/blogueuses/ instagrameuses/youtubeuses en perdant toute leur crédibilité et sens critique parce qu’il ne faut pas se leurrer, ça se voit et ça agace bcp.

    Quand tu vois de la pub plus ou moins bien déguisée pour des lave linges ou des aspi, une babyshower ultra sponsorisée et que la blogueuse en question se fout de ta gueule en te disant de ne surtout pas oublier de préparer des petites attentions pour tes invités alors que tous les cadeaux qu’elle ta présentés sont des cadeaux sponsorisés par les marques c’est tellement du n’importe quoi.. Cela me fait penser aux mariages sponsorisés par la boucherie du village, sauf qu’il y a bcp plus de paillettes cette fois ci.
    Et à la remarque les marques sont parfois et peuvent être souvent grossières avec les blogueuses, mais si elles ne sont pas contentes du traitement que les marques leur réserve, mais rien ne t’oblige de travailler avec elles et de tout accepter, c’est comme partout !

    Les plus intéressantes je trouve, ce sont celles qui ont gardé leur boulot à côté, quand leur blog, instagram, chaine YT n’est pas la source principale de leurs revenus, la ça reste encore intéressant, et le contenu reste de qualité.
    Je vais reprendre une remarque assez pertinente d’une youtubeuse (eimadolly pour ne pas la citer), quand t’as dépensé 50 balles qui vient de ta poche dans un produit, tu peux réellement dire si tu es satisfaite du produit et si ça vaut le coup d’investir dedans parce que le produit vaut son investissement. Quand tu l’as eu gratos, tu trouves toujours tout formidable !!
    Concernant les revenus et toute proportion gardée, je trouve que c’est normal d’être payé et d’en retirer une source de revenus quand c’est un travail de qualité, je pense que la grande difficulté est que c’est un nouveau métier, que personne ne réussit à bien définir, tu es journaliste ? c’est un blog d’humeur et d’échange ? et que toutes celles qui ont pris la tangente de la facilité via le sponsoring est un mauvais calcul, le modèle n’est pas viable à long-terme.
    Certaines ont vraiment réussi, comme garance doré, je t’avoue que cela ne me ressemble plus du tout, parce que l’avis et les émotions de ses équipes, je m’en cogne sérieusement, mais je continue à lire et apprécier uniquement ses billets d’humeur personnel. Mais on ne peut pas nier, qu’elle a quand même construit un vrai beau truc qui tient la route, quand bien même je comprends parfaitement que le coté « qu’est ce que je suis formidable » peut être lourdingue à force.. et cela ressemble plus à un hybride de magazine aujourdhui.
    Je suis désolée j’ai fait très très long, mais je vais me consoler avec les énièmes ouvertures hystériques de calendriers de l’avent, avant l’arrivée des séjours au ski, sponsorisés au champagne, une demie journée de ski pour trois jours de publicité, quelle chance 🙂

    1. Ah bah je vois que je ne suis pas la seule à être remontée et que nos avis se rejoignent !
      Attention, je ne dis pas que ce n’est pas normal d’être rémunérée pour son travail. Je dis simplement que ce travail en est un et qu’à juste titre c’est normal qu’il prenne du temps, qu’il ne soit pas fun tous les jours. C’est la vie en fait ! Donc non, je ne vais pas les plaindre. Parce que franchement, ce genre de job a quand même de bons côtés !

  6. J’ai fait récemment un bon tri parmi les comptes Instagram que je suis, pour la bonne et simple raison que certains m’agacent franchement avec leurs partenariats. Je suis tellement d’accord avec toi sur le fait que ça en devient ridicule.
    Surtout, il y a une phrase que tu dis ici et qui correspond à ce qui me gêne le plus : c’est la banalisation du luxe.
    Moi, je vais avoir 27 ans, je sais prendre le recul nécessaire, mais ça me gêne pour ces jeunes filles de 15/20 ans qui se construisent sur ces récits. Ces filles qui vont grandir en pensant que tout ça est normal.
    La dernière phrase de ton article me fait sourire =) La déferlante des calendriers de l’Avent est en marche ! ^^

    1. Je suis de plus en plus relou dans les comptes Instagram que je suis. Surtout qu’on repère vite les comptes marketing je trouve.

      Et les calendriers de l’Avant, j’en peux déjà plus…

  7. Hello,
    je viens mettre mon petit grain de sel sur ce sujet qui me touche tant 🙂
    Tu dois connaitre mon avis sur la question car j’ai vu que tu avais lu et cité mon article, c’est d’ailleurs ce qui m’amène à découvrir ton blog.

    Avant d’être blogueuse, j’étais grossomodo responsable des partenariats pour une marque du secteur de la mode. J’étais donc chargée de repérer des influenceuses modes puis de les contacter pour mettre en place des partenariats. Jamais je n’ai demandé à ce que le partenariat soit « caché ». Et a ma grande surprise, j’ai constaté à plusieurs reprises que certaines inflluenceuses n’assumaient pas le fait d’avoir reçu un cadeau. Je voyais des trucs comme  » wahou regardez le super *** que mon copain m’a offert !  » ou encore  » pour la fête des mères, j’ai offert ce super *** à ma maman ». J’étais toujours un peu sur le cul ! C’était franchement prendre les lecteurs pour des idots. Autre affaire avec une très célèbre influenceuse qui me donnait les tarifs pour apparaitre dans une vidéo hall. Une vidéo dans laquelle elle est censée présenter des produits qu’elle a acheté… Quand je l’entends répéter à longueur de temps qu’elle ne cache aucun partenariat , ça ne peut que m’agacer ! Si seulement les abonnés voyaient ce que nous professionnels échangeons avec les blogueurs et youtubeurs.

    Concernant la rémunération des blogueurs, maintenant que je suis moi même blogueuse et que je vois combien entretenir un blog et des réseaux sociaux prend du temps, je ne peux que trouver cela normal que les influenceurs soient rémunérés. Si la blogueuse ou youtubeuse en fait son métier, il est normal finalement de chiffrer le temps de travail passé ou sa notoriété. Finalement c’est une prestation de service comme le ferait un rédacteur, un photographe ou tout autre professionnel à son compte. C’est normal de ne pas vouloir travailler gratuitement. Pour quelqu’un qui ne vit pas de son blog, mais à qui ça peut apporter des produits ou une rémunération, je trouve également cela justifié. Quand on passe du temps à faire la promotion d’un produit ou d’une marque, je trouve cela normal d’être rémunéré. C’est donnant donnant. L’inconvénient c’est que l’argent peut vite prendre le dessus et les influenceurs professionnels comme non professionnels ( ceux qui ont un boulot à côté) peuvent vite accepter de parler de tout et de rien juste pour etre rémunéré. Dernièrement les candidats de télé réalité sont à fond dedans grâce à la naissance d’une agence. Lundi tu vois un post avec un produit minceur, Mardi un post avec la promotion d’un paquet de bonbons — »

    Tu parles de selection d’influenceurs dans ton article. Il y a pas longtemps, une marque de produits « bio naturels » a organisé un voyage presse. Parmi les influenceurs : un tas de blogueurs et youtubeurs qui s’appliquent au quotidien 36 000 produits chimiques et qui n’ont donc aucun mal à utiliser des produits non bio. J’ai pas bien compris l’intéret ? Ok, ce sont des influenceurs avec une grande notoriété mais où est la légitimité quand une influenceuse comme EnjoyPhoenix te parle des bienfaits des produits bio alors qu’elle utilise tous les jours des produits l’oreal, maybelline et autres marques non bio ?

    Pour ce qui est de la surconsommation. Je suis toujours choquée par le message qui est véhiculé. Effectivement quand tu es blogueuse mode ou beauté, tu es quelque part obligé de tester produits sur produits. Mais le soucis, c’est que ca entraîne les jeunes à acheter sans arret. Nombreux sont les abonnés qui sont adolescents et qui ne travaillent pas. A 14 ans ils vont acheter des palettes de maquillage à 50euros. Ils n’ont pour la plupart jamais bossé. Le jour où ils seront indépendants, ils vont vite se rendre compte qu’en dehors des fringues, du maquillage etc. il y a surtout des factures à payer, une taxe d’habitation, un loyer, des assurances, des impôts etc.

    Ouff ! J’ai fini 🙂

    1. Je suis super contente que tu passes par ici !
      Ton article m’avait beaucoup marquée et j’avais déjà cette idée d’article en tête. Ca n’a fait que renforcer mon avis.
      Et ta contribution ici est très intéressante. Ca me conforte dans mon idée que les deux parties ont tort. Que ce soit les marques ou les inflenceuses, il y a des abus des deux côtés. Et c’est vraiment dommage parce que les gens qui sont réglo en pâtissent…

  8. J’ai l’impression que c’est un article que j’aurai pu écrire ! Je trouve moi aussi que les blogs deviennent de plus en plus des panneaux publicitaires…ça en devient tellement lassant ! D’ailleurs il complète pas mal mon article sur les partenariats je trouve 😉

    1. J’avais cet article déjà écrit quand j’ai lu le tien et je me suis justement dit que nos avis se rejoignaient 😉

  9. J’ai découvert ton blog avec ton précédent article et j’aime beaucoup. Je partage tout à fait ton point de vu. Je me suis désabonné d’une blogueuse que je suivais, car les partenariats étaient trop importants ! Je ne suis absolument pas contre les partenariats, mais il faut que ça reste ponctuel et dans la ligne éditoriale de la blogueuse. Bon après, je ne suis pas du tout les blogueuses mode et beauté.
    Je ne regarde plus la télé à cause de la pub, déjà que maintenant il y en a beaucoup sur internet et les réseaux sociaux, mais si en plus il y en a à tout-va sur les blogs, c’est un peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

    1. Comme je le dis en fin d’article, et comme c’est souvent le cas, je ne suis pas contre totalement. Je suis contre l’excès. Et malheureusement, souvent, quand ça se popularise, et bien ça tourne à l’excès.
      En ce moment sur Instagram, c’est la foire au partenariat, j’avoue que je sature un peu…

  10. Tu étais bien remontée quand tu as écrit cet article ! Je partage ton point de vue même si je te trouve un peu extrême des fois. En même temps, je ne suis pas les blogueuses mode et beauté donc c’est possible que ce domaine soit sclérosé, ça se voit moins dans le domaine culturel. Au contraire, des blogueurs cinéma hyper actifs râlent souvent de ne pas être invités aux avant-première alors que les blogueuses mode oui (et je les comprends). Bref. Je pense qu’on va bientôt atteindre un point de non-retour et revenir à plus d’authenticité. J’espère…

    1. Effectivement j’étais un peu gonflée. Mais malheureusement c’est un avis qui perdure…
      Mais ce que tu dis est intéressant, en quoi me trouve-tu extrême ?
      Ceci étant dit, c’est vrai que j’ai eu tendance à généraliser. Ce que j’évoque ici concerne quasi uniquement les blogueuses mode, beauté et lifestyle. D’ailleurs, je vais aller rectifier ça de ce pas 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *