Un des grands bonheurs de cette vie, c’est l’amitié

Quand l’amitié fait mal

Longtemps, l’amitié a été pour moi une source de souffrance, de déceptions et de questionnements. Les amis, c’était ces personnes auxquelles je m’étais attachée, en qui j’avais cru, fondé des espoirs et qui m’avaient déçues. C‘était ces personnes qui à un moment ou à un autre m’avaient fait mal. Je leur avais consacré du temps, j’avais consacré de l’énergie à notre relation et je n’avais pas reçu la même chose en retour.
 
L’amitié, ça parait tout simple pour certains. Et pourtant. Quand on souffre d’une carence affective et d’un schéma d’abandon, ça peut tout de suite devenir plus compliqué. On a sans cesse besoin de preuves, de démonstrations d’affection. Le besoin de savoir que l’autre tient à nous est toujours dans un coin de la tête. On craint le conflit alors parfois, souvent, on s’écrase. On prend sur soi et on ne dit pas que non, ça ne nous convient pas. Il y a cette peur que l’autre s’en aille, qu’il ne nous aime plus. Mais les choses s’accumulent et parfois ça craque. Dans ces moments là, l’autre ne comprend pas forcément pourquoi un si petit détail prend de telles proportions. C’est tout simplement la goutte qui fait déborder le vase…. Et bien souvent, à vouloir trop garder les gens, on les éloigne. Parce que ça peur à beaucoup de monde de sentir les gens s’attacher, être demandeur, avoir des exigences.

Apprendre à prendre de la distance

Quand j’ai voulu écrire cet article, j’avais surtout en tête mon rapport difficile à l’amitié, le négatif, le poids à porter. Mais en l’écrivant, je me rends compte du chemin parcouru, que je suis passée de l’autre côté du chemin. L’amitié est aujourd’hui une source de sourire, de réconfort, de bons moments, de complicité et de souvenirs.
 
C’est devenu un atout et une force dans mon quotidien. J’ai réussi grâce à la thérapie à être davantage dans le lâcher prise. Je prends beaucoup plus les choses comme elles viennent, je profite des bons moments, je n’attends rien. Untel ne me donne pas de nouvelle ? Pas de problème. J’envoie un message, si je n’ai pas de réponse, tant pis. Et je constate que quand je propose une sortie, que je prends des nouvelles ou que j’ai besoin d’un coup de main, les gens sont là. Ceux que je considère comme des amis prennent plaisir à discuter, à partager des choses, ils viennent naturellement vers moi. Je construis petit à petit ce cercle vertueux.
 

Qu’est-ce que j’attends de l’amitié ?

Ma vie et plus particulièrement ces dernières années ont été jalonnées de jolies amitiés, plus ou moins longues, qui m’ont toutes apporté quelque chose à leur manière. J’ai longtemps eu l’impression d’avoir perdus beaucoup de proches, que les uns après les autres, ils avaient déserté. Mais au final, je me rends compte qu’il n’y en a pas tant que ça. La vie a juste fait son travail pour éloigner de moi les gens qui ne correspondaient pas à me vision de l’amitié. Je reste celle qui a du mal avec les relations jetables, qui ne se lie pas facilement mais les enjeux sont moindres.
 
Mais au final, c’est quoi ma vision de l’amitié ? J’ai longtemps eu en tête ces bandes de potes où tout le monde rigole, où on part en vacances à 15, ces personnes avec qui ont fait la fête. Longtemps, j’ai eu envie de ça. Et puis je me suis rendue compte que ce n’était pas de ça dont j’avais besoin. J’avais besoin de relations profondes, vraies, où on peut parler librement. Un ami c’est quelqu’un que je peux appeler quand ça ne va pas mais aussi quand ça va. C’est quelqu’un qui sera là pour me soutenir en cas de coup dur mais c’est aussi quelqu’un qui saura se réjouir pour moi et célébrer une bonne nouvelle. C’est une personne à qui je peux parler à coeur ouvert, qui ne me jugera pas mais qui sera sincère et qui saura me dire « là tu déconnes ». Un ami, c’est quelqu’un avec qui je peux être moi-même tout simplement.

Chaque amitié est différente

Il y a eu ces relations qui m’ont marquées. Elles font aujourd’hui partie du passé, ces gens sont partis d’eux-même, souvent avec force et fracas. Il y a eu des mots durs, des engueulades, des désaccords. Ces gens là n’étaient pas destinés à rester dans ma vie. Pendant le temps où nous avons marché ensemble, qu’il s’agisse que quelques mois ou de plusieurs années, nous avons été très proches. Nous avons été très complices, il y a eu beaucoup de tendresse. Et puis un jour le clash. Celui qui met fin à tout. Je ne voulais pas qu’ils partent mais ça valait mieux comme ça au final. J’ai retenu la leçon, j’ai entendu les messages, j’ai pris ce qu’il y avait à prendre. Je pense parfois à eux avec beaucoup de nostalgie et des débuts de regrets. Et puis je me souviens et je me rappelle pourquoi c’est mieux comme ça.
 
Il y a ces relations sur lesquelles j’ai fais une croix volontairement. C’est peut-être ce qui a été le plus difficile pour moi. C’est moi qui ai décidé, c’est moi qui ai coupé le lien, c’est moi qui ai choisi de partir. Pour celle que j’étais avant, c’était presque insurmontable de partir et de ne pas faire demi tour. Et pourtant je l’ai fait. Ces gens là m’ont énormément blessée et déçue. La confiance et l’attachement étaient réels et à un moment ou un autre, je me suis sentie abusée. J’ai énormément pleuré pour ces personnes même si elles ne le méritent certainement pas. Certaines ont voulu revenir, j’ai mis le hola tout de suite. La colère est encore bien présente quand je pense à elles ou quand il m’arrive d’en croiser certaines. Elles sont là pour que je me souvienne que je ne suis pas responsable de tout et que parfois ce sont les autres qui merdent.
 
 
Il y a eu ces relations qui se sont éteintes d’elles-même. Le temps et la vie ont fait que nos chemins se sont séparés. Sans faire de bruit, l’amitié s’en est allée. Elle a laissé derrière elle les souvenirs et souvent une forme de tendresse pour l’histoire commune. Il y a parfois des tentatives pour raccrocher les wagons mais chacun avance dans la vie avec de nouveaux amis, un quotidien différent, on vit en parallèle. Et il est parfois impossible de rejoindre les deux bouts. Je n’ai pas d’amertume vis à vis de ces relations, j’ai vécu le meilleur et ça s’est arrêté là. C’était dans la logique des choses. 
 
Il y a ces relations que j’appelle de « la nouvelle génération ». Ce sont celles qui font du bien. Ces amitiés là sont adultes, elles sont nées ou se sont consolidées avec la nouvelle moi, avec la moi mature et sereine. Les liens se sont tissés tous seuls, presque sans que je le cherche. Ces gens là sont venus vers moi et sont restés. Nos discussions, nos rendez-vous et nos souvenirs ont un goût particulier. Ils sont la preuve que je peux me lier solidement aux gens et qu’en lâchant prise, les choses peuvent bien se passer. Ils sont mon cercle vertueux. Alors à elle, elle, lui et elle, je vous dédie ces quelques mots. Vous ne soupçonnez sûrement pas à quel point je tiens à vous…

 

Et ces amitiés qui changent tout…

Et puis il y a ces relations par dessus toutes les autres. Celles qui ont survécu à tout jusque ici. Mon amitié avec Elle qui dure depuis plus d’une décennie maintenant. Ca partait mal, on ne pouvait pas se voir au début. Et puis un jour les barrières sont tombées et on ne s’est plus quittées. Amitié à distance depuis toujours mais loin des yeux, près du coeur. Il y a eu des hauts et beaucoup de bas, il y a eu des clashs, il y a eu des jours où j’ai voulu renoncer. Cette amitié m’a fait beaucoup souffrir mais, plus que les autres, je voulais la conserver. Et puis un jour, elle a trouvé les mots. Elle qui me parle franchement comme personne, qui sait mettre le doigt où ça fait mal et qui ne se plaint jamais. Elle a su me dire ce que j’avais besoin d’entendre pour que le poids que je portais depuis si longtemps disparaisse. C’est peut-être bien grâce elle que ce cercle vertueux s’est créé d’ailleurs.

Et il y a Lui. Lui qui est mon roc, mon repère dans la tempête, mon essentiel au quotidien. Je ne conçois plus la vie sans lui. Il est le témoin de mes folies, de mes très hauts et de mes très bas. Il ne m’a jamais lâchée et continue à me porter jour après jour sans rien demander. Mon meilleur ami c’est lui. Celui qui me connait mieux que personne, à qui je confie tout. Si un jour je venais à tout perdre, tant qu’il sera encore là, je pourrais continuer à avancer. On a traversé des crises, on a plié mais on n’a jamais cédé. Il me donne la force d’entreprendre des choses, de rêver, de voir plus loin et de sortir de ma zone de confort.
 
On dit souvent qu’on est rien sans amour. Et l’amitié est une forme d’amour la plus pure et la plus désintéressée qui soit. L’amitié, la vraie, vaut bien plus qu’on ne l’imagine.
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *