A vous lire #5 A feu et à sang de Françoise Bourdin

 

Aujourd’hui, je vous retrouve avec une nouvelle chronique littéraire. J’ai eu envie de vous parler d’un livre que j’ai beaucoup aimé, écrit par une auteure qui fait un sans faute à chaque fois selon moi !

En quelques mots

Je vous présente donc aujourd’hui A feu et à sang de Françoise Bourdin. Ce roman est la suite d’un autre, que j’avais également beaucoup aimé : D’eau et de feu.
 
Après la naissance de leurs jumeaux, Kate et Scott Gillespie reviennent s’installer dans le manoir familial écossais, et la présence des enfants semble enfin apaiser les conflits au sein du clan. Mais, le soir de Noël, un drame va venir bouleverser ce fragile équilibre et réveiller instantanément les tensions. Dans cette bataille rangée entre belle-mère et beaux-enfants, l’amour et les liens du sang l’emporteront-ils sur les jalousies et rivalités que déchaînent l’héritage et le partage des distilleries? Chronique d’une tempête annoncée…
 
C’est avec grand plaisir qu’on retrouve les personnages, attachants comme toujours avec Françoise Bourdin : Angus, Scott, Kate, Moïra. Elle a un vrai talent pour construire des personnages ayant chacun une psychologie propre, qui vient nourrir l’historie, apporter de la matière à l’intrigue et fluidifier les différentes péripéties. De la même manière, les personnages évoluent avec l’histoire et tout comme nous, ils apprennent de leurs expériences. 
On reprend le fil de l’histoire, au coeur de l’Ecosse, comme si on avait lu le premier tome hier. Je ne sais pas comment elle fait, mais c’est fluide et facile à lire. Pourtant tous les petits détails reviennent en tête. Il y a un vrai fil rouge entre les deux tomes sans pour autant que l’intrigue s’essouffle. Et en même temps, le cadre est si bien posé qu’on peut lire ce second tome sans avoir lu le premier, et sans pour autant être perdu. Un joli tour de force !
 
roman lecture
 

Et dans ces mots

C’est un roman qui parle de transmission, qu’il s’agisse de tradition, de patrimoine ou de valeurs. On reprend en marche l’histoire de la famille Gillepsie et on vit avec eux cette passation entre les générations. On ressent de nouveau toute l’importance de l’entreprise familiale, de ce capital et de ce savoir-faire qui ne doit pas se perdre. Il y est question de la modernité face aux traditions, de conjuguer les savoirs et les compétences de chacun pour faire évoluer l’entreprise. Ce livre est véritable ode à l’appartenance à la famille, au clan. Chacun est une part de l’ensemble.
Alors certes, le fait qu’une famille écossaise tienne une distillerie semble un peu cliché. Mais cela fait pour moi partie du paysage écossais, du patrimoine et c’est un joli hommage à la tradition nationale. Et qui plus est, cela aide pour moi à planter le décor sans s’encombrer de moult explications et présentations.
 
On a aussi ce personnage un peu à part, ce vilain petit canard. Il était déjà esquissé dans le premier tome mais il prend là toute son ampleur. C’est assez intéressant de voir ce personnage, opposé aux autres, qui prend presque plaisir à détester. Il permet de renforcer l’attachement qu’on a vis à vis des autres. Ce personnage fait aussi de faire réfléchir sur la réaction qu’on aurait à leur place. On essaie de comprendre ce comportement si négatif. Il permet habilement de faire ressortir certains aspects de la personnalité d’Amélie et de Kate. Ces deux femmes très différentes évoluent et leur position vis à vis de John change. Il est un vrai ressort de l’intrigue.
 
 
Enfin, il y a bien sûr le thème de l’amour et notamment de l’amour filial. Le roman illustre différentes dimensions de ce sentiment et différentes façons de l’exprimer. Dans une même famille, chacun aime ses enfants de manière différente. Pour ma part, c’est quelque chose qui m’a touchée car n’ayant pas la même vision des choses que mes parents, le roman m’a aidé à accepter qu’aimer différemment n’est pas aimer moins. Les sentiments sont une chose et leur expression en est une autre.

Mon avis

C’est le genre de roman qui se lit tout seul. On espère pour chacun une issue positive et que le méchant soit punie. La conclusion est particulièrement réussie selon moi. On a un vrai point final, qui nous laisse satisfait et repu. Il n’y a pas de frustration, d’impression de manquer de 50 pages ou de rester sur sa faim quand au futur des personnages. Chacun termine avec une place propre, la fin est amenée sur les derniers chapitres avec cohérence, subtilité et intelligence.
 
 
 

0 commentaires pour “A vous lire #5 A feu et à sang de Françoise Bourdin

  1. C'est ce que je trouve top avec cet auteur, à chaque fois il y a une vraie immersion dans la culture locale, etc. Alors pour des gens qui connaissent très bien il y a surement des approximations mais personnellement, ça m'emporte à chaque fois.

  2. Une lecture qui a l'air fort intéressante ! 🙂 Je trouve également plus réaliste de s'attacher à l'héritage culturel d'une région pour définir une intrigue, comme là la distillerie, comme tu dis ça peut paraître vu et revu, pourtant de nombreuses régions excellent dans un domaine où quasiment tous les habitants sont impliqués, et ce de générations en générations. Merci pour cette jolie découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *